En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    3 témoins parlent de Gueye

    Paris-SG

    Ligue 1

    Paris-SG

    3 témoins parlent de Gueye

    19 avr. 2020

    A la (re) découverte de...

    Connaissez-vous bien les nouveaux joueurs de Ligue 1 ? Non pas les anciens, mais ceux qui ont rejoint notre championnat cette saison ? Pour vous aider à mieux les connaître, Le Quotidien du Foot lance une nouvelle rubrique baptisée « A la (re)découverte de… ». Interviews, portraits, infos inédites… Ce que vous ne savez peut-être pas sur eux. Après Bruno Guimaraes hier, gros plan sur le Parisien Idrissa Gueye vu par 3 témoins privilégiés.

    A 30 ans, il retrouve cette saison la Ligue des Champions, cinq ans après l'avoir découverte avec le LOSC, mais cette fois avec l'ambition d'aller au bout avec un PSG qui souffrait de ne pouvoir s'appuyer sur un tel profil. Ceux qui l'ont croisé, au Sénégal, à Lille ou en Angleterre racontent leur Idrissa Gana Gueye.

    Stéphane Dumont*

    « Indispensable dans des collectifs remplis de fortes individualités »

    « Lorsqu'il est arrivé dans le groupe pro en 2010 à Lille, on a vite vu qu'il avait toutes les qualités pour faire une belle carrière, d'abord s'imposer parmi nous. Il avait surtout une mentalité exceptionnelle... la preuve en est que lorsque je l'ai revu dernièrement avec le Stade Reims, je l'ai retrouvé comme je l'avais laissé il y a huit ans, souriant, agréable, super gentil et prévenant. Pourtant, son parcours depuis est remarquable, sa progression linéaire qui lui permet aujourd'hui d'être un top joueur, dans un des plus grands clubs d'Europe. A Lille, si on ne pouvait pas deviner un tel parcours, il faisait déjà l'unanimité et avait toutes les qualités requises pour jouer au dessus. Et plus fort que le LOSC des années 2010, forcément, c'était la Ligue des Champions. S'il ne l'a retrouvée que cette saison, son passage en Angleterre lui a été bénéfique, lui a permis d'être reconnu au niveau international et d'intéresser un club aussi ambitieux que le PSG. Son profil de joueur qui se met au service du collectif, en jouant simple et efficace, le rend indispensable à des collectifs remplis de fortes individualités. Il va leur faire un bien fou... il a déjà démontré son abattage énorme, sa capacité à jouer juste. En Angleterre, il a beaucoup progressé techniquement, dans ses orientations, la qualité de ses frappes, dans l'avant-dernière passe... »

    *Ancien milieu défensif de Lille (1992-2011), entraîneur adjoint du Stade de Reims

    Bruno Germain*

    « Il peut être le Makelele de ce PSG-là »

    « Même s'il n'est pas tout le temps utilisé comme une sentinelle, dans l'axe, Idrissa a la capacité d'être la tour de contrôle du milieu, un peu à l'image de ce que faisait Claude Makelele, dont il a le même profil technique et physique. Il ratisse également beaucoup de ballons et n'est pas maladroit balle aux pieds, donc son impact est forcément positif dans le jeu du PSG de Tuchel qui avait besoin d'un tel joueur depuis le départ de Thiago Motta. Il est devenu un élément important et ses performances confirment que le PSG ne s'est pas trompé en le recrutant. Physiquement, il est bien au-dessus de la mo-yenne, son volume de jeu lui permet de rayonner sur tout le terrain et d'être à la fois un rempart pour les adversaires et une solution pour ses partenaires, car il sait se rendre disponible et ne se cache pas. De toute façon, si le PSG veut gagner la Ligue des Champions, il doit disposer dans son équipe type de joueurs capables, comme Gueye, de se mettre au service du groupe, de mouiller le maillot et de tout faire pour mettre les créateurs, les buteurs, dans les meilleures conditions possibles. Le dernier club français à avoir gagné la Ligue des Champions, l'OM en 1993, avait compris qu'on ne pouvait pas gagner en jouant avec quatre joueurs offensifs, c'est impossible. Il y avait Voller, Pelé et Boksic devant, mais derrière eux que des travailleurs (Deschamps, Sauzée, Eydelie, Desailly, Durand). Paris ne doit pas hésiter à se priver d'un quatrième attaquant, même s'il est très fort, pour gagner en assise défensive et espérer durer dans cette compétition. Gueye est le type même du joueur que les entraîneurs apprécient, parce qu'il est toujours utile, présent, et s'il ne se blesse pas, il a encore une belle marge de progression car je crois savoir qu'il n'avait encore jamais participé à un match de Ligue des Champions avant cette saison (il l’a connue avec le LOSC, Ndlr).»

    *Ancien milieu relayeur international du PSG (1991-1993)

    Eric Rabesandratana*

    « Plus un n°8 à l'ancienne qu'un vrai n°6 »

    « La première fois que j'ai entendu parler de lui, c'était par l'intermédiaire de Bernard Lama et de Jimmy Adjovi-Boco. Idrissa était alors le joueur phare de leur académie, l'institut Diambars, ils ne m'en disaient que du bien, insistant sur le fait qu'il avait tout pour réussir. Quand je l'ai retrouvé en Angleterre, j'ai pu constater qu'ils avaient raison, mais sans imaginer jusqu'à quel point il pouvait confirmer ses qualités. Il n'est pas parvenu au même niveau qu'un N'Go-lo Kanté, qui est unique en son genre, mais il lui ressemble beaucoup par ses attitudes, son état d'esprit et l'approche qu'ils ont tous les deux du football. Mais Idrissa n'est pas une sentinelle, je le vois davantage comme un n°8 à l'ancienne, un milieu relayeur capable de faire la transition entre le défensif et l'offensif. Car il est très intelligent dans le jeu, toujours dans l'anticipation, notamment dans le pressing, pour savoir quand il faut le déclencher. Dans ce registre, il est souvent une deuxième lame efficace pour récupérer les ballons et orienter le jeu dans un autre secteur. Depuis son arrivée au PSG, il n'a pas encore montré toute l'étendue de son talent. Comme d'autres, il doit gérer les effets de la CAN disputée cet été. Il a été blessé, il doit maintenant être géré par le staff, être préservé pour atteindre son meilleur degré de forme à la fin de l'hiver quand les grosses échéances arriveront. On mésestime trop l'effet des compétitions qui se déroulent pendant l'intersaison, généralement elles sont compliquées à digérer. »

    *Ancien défenseur central du PSG (1997-2001), vainqueur de la Coupe de France et de la Ligue en 1998

    Suivez toute l'actualité du PSG dans le magazine Le Foot Paris, actuellement chez votre marchand de journaux. www.lafontpresse.fr


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club