En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Paul Baysse, d’aventures en mésaventures…

    Caen

    Ligue 1

    Caen

    Paul Baysse, d’aventures en mésaventures…

    11 janv. 2019

    > Caen - Lille (19h)

    Paul Baysse était fait pour être footballeur professionnel à Bordeaux. C’est d’ailleurs avec les Girondins, son club formateur, qu’il signe son premier contrat pro en 2006, à l’âge de 18 ans. Mais il ne jouera aucun match en équipe première avant d’être prêté la saison suivante à Sedan. Le club des Ardennes finit par l’acheter et c’est en Ligue 2 que celui qui connaitra toutes les sélections de jeunes (en dehors des U17) effectue pendant trois saisons ses grands débuts avec les professionnels, s’offrant même le luxe de sortir Bordeaux en quart de finale de la Coupe de France (qualification aux tirs au but), avant de s’incliner en demi-finale face à l’Olympique Lyonnais.

    Viendront ensuite Brest (alors en Ligue 1), Saint-Etienne, Nice et la confirmation parmi l’élite. Premier pépin le 2 janvier 2013. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou, il met un terme prématurément à sa saison en Bretagne. Dans la foulée, Brest descend en Ligue 2 et Paul part terminer sa convalescence à Saint-Etienne où il est transféré, mais connaît un nouveau coup dur. Après le gauche, c’est le genou droit qui cède dès son deuxième match de préparation avec les Verts.

    19 mois sans jouer

    Au total, il restera 19 mois sans jouer. C’est à Nice, deux ans et demi plus tard , qu’il retrouve son niveau. D’abord en prêt, puis un transfert définitif. Mais au bout de deux ans, un désaccord avec ses dirigeants le pousse vers la sortie alors qu’il arrive en fin de contrat. Direction Malaga, oùil signe pour 4 ans, avant de revenir, six mois plus tard… à Bordeaux. La boucle est bouclée. A la recherche d’un renfort en défense centrale, Jocelyn Gourvennec fait appel à lui. Mais, nouveau coup dur. Alors qu’il est expulsé lors de l’élimination en Coupe de France par Granville (National 2) et que Poyet succède à Gourvennec sur le banc, il va voir le jeune Koundé se révéler et lui prendre la place. Recruté comme un renfort indispensable pour la défense bordelaise, il devient un remplaçant de luxe. Lors de la deuxième partie de saison, il n’apparaît qu’à 8 reprises dans l’équipe pour 569 minutes de jeu. Bordeaux ne veut plus de lui et au mois d’août il est prêté au Stade Malherbe. L’histoire d’amour avec le club de sa ville paraît impossible. Il est écrit que lui, joueur teigneux, impulsif, hargneux, n’entre pas dans le style embourgeoisé des Girondins de Bordeaux. « Poyet me disait : « je compte sur toi, je compte sur toi », mais en fait, il comptait sur moi à l’entraînement », expliquait le Normand sur RMC début octobre. Son destin bordelais va encore lui faire un pied de nez. Deux jours après s’être engagé avec Caen, Poyet est viré. Quelques jours plus tard, c’est Ricardo, l’entraîneur qui l’avait fait signer pro aux Girondins qui débarque au Haillan…

    Mais le rugueux défenseur capable de jouer sur un côté ou dans l’axe (son poste de prédilection) n’est pas du genre à s’arrêter sur des regrets. A Caen, il retrouve une mentalité qui lui convient mieux. « Un peu celle que j’avais connue à Brest » expliquait-il à nos confrères de Sud-Ouest.

    Seulement prêté à Caen, il pourrait retrouver Bordeaux et Ricardo au mois de juillet prochain. Mais d’ici là, il peut se passer tellement de choses…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club