En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Raphinha fait pleurer Nantes

    STORY 2019/2020

    Ligue 1

    STORY 2019/2020

    Raphinha fait pleurer Nantes

    29 mars 2020

    Le jour où Rennes bat Nantes 3-2

    En attendant qu'elle puisse aller à son terme, suite de notre plongée dans la saison 2019/2020. Retour sur le 31 janvier dernier quand Rennes battait Nantes 3-2 après avoir été mené 1-2 jusqu'à la 94ème minute...

    Avec le match entre Amiens et le PSG (25ème journée, 4-4), c’est sans aucun doute le match le plus fou de la saison de Ligue 1. Déjà par son contexte. Il s’agit du derby breton le plus disputé entre deux équipes qui se détestent presque autant que l’OM et le PSG, ou Saint-Etienne et Lyon. Sur le banc de Nantes, on trouve Christian Gourcuff, dont le passé avec le Stade Rennais est marqué par une rupture douloureuse en décembre 2017 (c’est la première fois qu’il revient au Roazhon Park depuis). Et puis enfin le classement. Lille est revenu à un point de Rennes et met la pression dans la lutte pour le podium.

    Inutile de dire que le Roazhon Park est bondé ce vendredi 31 janvier, quand, en préambule de la 22ème journée, les deux formations s’apprêtent à en découdre. Privé de Girotto (expulsé le week-end précédent contre Bordeaux) et Pallois (blessé), Nantes se présente avec une charnière centrale inédite composée du duo Wague-Khrin.

    Côté Rennais, tout le monde est là en dehors de Morel et Grenier. Da Silva retrouve sa place et son brassard pour viser une victoire qui ramènerait momentanément les Bretons à 5 points de l’OM.

    La tension prend le dessus en première période. Au terme de 45 minutes marquées surtout par une accumulation de fautes (16 au total), les deux équipes rentrent aux vestiaires sur un score nul et vierge. Hunou a trouvé le poteau, Nantes a cadré deux frappes, mais pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent…

    Dès l’entrée de la seconde période, le derby va donner le sentiment d’avoir choisi son camp. Un dégagement de Cavaminga dans la surface, heurte directement Da Siva qui marque contre son camp… Avec ce but gag, les Nantais climatisent le Roazhon Park (47ème).

    L’ouverture du score par les visiteurs ne va pas arranger l’ambiance du match. Les fautes continuent de s’accumuler. En 15 minutes, M. Millot, l’arbitre du match, distribue 4 cartons jaunes, deux de chaque côté. Peu après l’heure de jeu, Rennes obtient un penalty pour une faute de Khrin sur Niang et va lancer les 20 minutes les plus folles de la saison. Alors que Lafont repousse magnifiquement la frappe du Sénégalais, Raphinha a bien suivi et pousse le ballon au fond du but (71ème).

    Mais il est écrit que la rencontre ne se terminera pas sur un score nul. Nantes est bien dans son match et semble avoir les moyens d’arracher les trois points. Après l’avertissement de Blas (75ème) qui manque sa reprise de volée après un bel arrêt de Mendy, c’est Simon qui trouve la faille. Un joli but qui conclut un corner en faveur des Canaris (80ème). Stupeur chez les supporters Rennais qui voient le derby leur échapper.

    94ème : Nantes mène 2-1...

    Quand le 4ème arbitre s’avance pour annoncer le temps additionnel, tout le Roazhon Park compte sur ces six minutes en plus pour voir son équipe revenir. Mais les minutes s’égrainent et le score ne bouge pas. S’il le faut, Lafont est à la parade pour empêcher Rennes d’égaliser (93ème, claquette sur une demi-volée de Raphinha). L’acharnement des hommes de Stephan va miraculeusement être récompensé à la… 95ème minute. Une frappe de Bourigeaud à la réception d’une action de Gboho (entrée ne cours de match) remet les deux équipes à égalité ! Les Rennais en veulent encore plus et vont profiter de la fébrilité qui a gagné la défense nantaise pour enfoncer le clou. Il reste quelques secondes à jouer quand Raphinha, incontestablement l’homme du match, reprend un ballon repoussé par Lafont sur une frappe de Niang et inscrit le troisième but (97ème). C’est l’explosion au Roazhon Park, mais le but est refusé pour un hors-jeu… Avant que la VAR ne décide finalement de l’accorder !

    Après onze minutes d’arrêts de jeu, l’arbitre siffle la fin du match. Avec l’aide de la VAR (inscrivant des buts très litigieux), les Rennais ont réussi un véritable exploit. Il le fallait pour rester dans la course au podium, car le lendemain, Lille gagnera à Strasbourg. Le nul entre Bordeaux et l’OM le dimanche soir permettra même aux Bretons de revenir à 6 points des Olympiens.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club