En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Il ya 24 ans, la légende des Verts

    Match de légende

    RETRO

    Match de légende

    Il ya 24 ans, la légende des Verts

    12 mai 2020

    Le 12 mai 1976 St-Etienne échouait en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions

    A l’occasion de l’anniversaire de la finale de Glasgow, nous revenons sur les deux matchs cultes de cette année 1976 : le match retour à Geoffroy-Guichard contre Kiev et bien sûr, la finale de Glasgow. Première partie : Saint-Etienne - Glasgow, le jour où nait la légende.

    Il y a 24 ans jour pour jour, l’AS Saint-Etienne s’inclinait (0-1) à Glasgow en finale de la Coupe d’Europe des Clubs champions. La défaite contre le Bayern Munich de Beckenbauer, Rummenigge ou encore Müller restera à jamais marqué dans la mémoire collective du football français. Et pour cause : tout au long de la saison, la France avait suivi l’aventure incroyable des Stéphanois qui ont défié l’Europe, renversant notamment le grand Dynamo Kiev en quart de finale.

    Avant même la finale de Glasgow, c’est LE MATCH qui est à la base de la légende des Verts. Il y a tout dans ce match pour fabriquer des héros. Tout d’abord, l’adversaire. IL faut savoir qu’à l’époque, le Dynamo Kiev fait partie des toutes meilleures équipes européennes. Grâce notamment à son génie : Oleg Blokhine, qui, quelques semaines plus tôt, remporte le Ballon d’Or 1975. Champion d’URSS, vainqueur de la Coupe des Coupes 1975, Kiev s’impose 2-0 à l’aller et vient à Geoffroy-Guichard avec des certitudes. Pour se qualifier, Saint-Etienne doit gagner 3-0. Dans un premier temps, il faut au moins marquer deux buts pour arracher la prolongation. Mais pendant la première heure, les supporters ne voient rien venir. Certes, l’espoir demeure, mais le rêve commence à vaciller. A la 65ème minute, il est sur le point de partir en fumée quand Blokhine accélère et grille toute la défense stéphanoise pour venir se présenter seul face à Curkovic. Sur la gauche du Ballon d’Or, Onitechenko attend le ballon pour le pousser au fond du but. Geoffroy-Guichard pleure déjà l’élimination… Mais, par pêché d’orgueil, par excès de confiance, Blokhine ne sert pas son partenaire, il fait un crochet extérieur pour se mettre en position de frapper et marquer. Le chaudron retient son souffle et voit débouler Christian Lopez. Le défenseur des Verts n’a rien lâché et, comme si sa vie en dépendait, lui arrache le ballon des pieds. La contre attaque part à 200 àl’heure. C’est d’abord Osawaldo Piazza qui, crinière au vent, entame une chevauchée qui a fait sa légende. Le colosse argentin remonte le ballon sur tout le terrain dans un style inoubliable, puis transmet à Patrick Révélli qui lui, le l’a joue pas perso mais sert son frère Hervé qui catapulte le cuir au fond des filets. Sept minutes plus tard, Jean-Michekl Larqué égalise sur un coup franc dont il a le secret et permet aux Verts de décrocher la prolongation tant espérée.

    Derrière les Verts, le chaudron écrit sa légende

    Derrière les Verts, Geoffroy-Guichard écrit sa propre légende et confirme que son surnom, « le chaudron » n’est pas usurpé. Il reste 8 minutes de jeu avant la terrible séance de tirs au but, mais les Verts, galvanisés par leur extraordinaire public, continuent d’aller de l’avant pour faire la différence. Malgré la fatigues, les crampes, les doutes… Patrick Reveli entre dans la surface, accélère pour se débarrasser de son défenseur, mais pousse trop loin son ballon… Du moins le pense-t-on, car l’ailier stéphanois, dans un moment de rage puise l’énergie pour le récupérer avant qu’il ne sorte et centre en retrait pour Rocheteau qui marque le but du 3-0 !

    Saint-Etienne – Dynamo Kiev (3-0 a.p.)

    Quart de finale retour de la Coupe d’Europe des clubs champions. 17 mars 1976 à Geoffroy-Guichard. Buts : H. Révélli (64ème), Larqué (71ème) et Rocheteau (112ème).

    ASSE : Curkovic – Janvion, Piazza, Lopez, Farison – Larqué (puis Santini, 80ème), Bathenay, Synaeghel – Rocheteau, H. Revelli, Sarramagna (puis P. Révelli, 46ème). Entr. : R. Herbin

    Dynamo Kiev : Rudakov – Trochkine, Famienko, Rechko, Bladrienka – Konkov, Burjak (puis Damine, 82ème), Kolotov, Vieremiejev – Onitchenko, Blokhine. Entr. : V. Lobanovski

    A venir : Bayern - Saint-Etienne, un drame sui forge les héros


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club