En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le jour où le chaudron est né

    Match de légende

    RETRO

    Match de légende

    Le jour où le chaudron est né

    26 févr. 2019

    6 novembre 1974 : Saint-Etienne – Hajuk Split (5-1, a.p.)

    Dans notre série RETRO et MATCHS DE LEGENDE, retour en novembre 1974. A l'époque, Geoffroy-Guichard ne s'appelait pas encore "le chaudron". Mais ce match face à Hadjuk Split va

    Seize mois avant le match de Kiev, c’est ce jour-là que les Verts de 76 réalisent leur premier exploit sur la scène européenne. Certes, 5 ans plus tôt il y a avait eu l’exploit face au Bayern Munich (qui n’était pas encore le grand Bayern) avec une victoire 3-0 au retour (après une défaite 0-2 en Allemagne), mais des héros de 76, seul Hervé Revelli était là (il avait d’ailleurs inscrit un doublé), et Herbin jouait encore. Autour de Bereta, qui partira à Marseille en fin de saison, c’est 90% de l’équipe de 76 qui annonce la couleur de la plus belle des manières. Battus 4-1 en Yougoslavie à la surprise générale, par une formation presque anodine (entrainée par un certain Tomislav Ivic), les Verts vont écrire une des plus belles pages de leur histoire. Et surtout, signer l’acte de naissance d’un public hors du commun. Entrés sur le terrain plus motivés que jamais, les Stéphanois mènent 1-0 à la pause, grâce à Larqué, et croient plus que jamais à l’exploit face à une équipe venue en touriste à Saint-Etienne et complètement dépassée. Mais à l’heure de jeu, l’égalisation de Jovanic contre le cours du jeu va jeter un froid sur Geoffroy-Guichard. C’est maintenant quatre buts que les Verts doivent marquer pour se qualifier. Trois au minimum pour atteindre la prolongation. Heureusement, dans la foulée, le but de Bathenay (de la tête) remet Larqué et ses partenaires dans le bon sens. Dix minutes plus tard exactement, Bereta marque le but de l’espoir sur penalty (pour une faute indiscutable sur Synaeghel).

    Le jour de gloire du Grec

    Deux minutes plus tôt, Robert Herbin a pris une décision qui va peser très lourd sur le sort de la rencontre. Il a sorti son latéral droit, Pierre Répellini pour faire entrer Yves Triantafilos. Appelé affectueusement “le Grec” par ses coéquipiers, le joueur formé dans le Forez, où il aura finalement toujours eu du mal à s’imposer comme titulaire à part entière, va faire basculer le match. Alors que les Stéphanois sont transcendés par une force obscure qui vient des tribunes et les poussent vers l’exploit, ils prennent d’assaut le but des Yougoslaves. A 8 minutes de la fin, Patrick Revelli alerte sur la gauche son frère Hervé qui laisse filer pour Triantafilos, le joker. “le Grec ” catapulte le ballon au fond des filets. On jouera la prolongation.

    Dans les dernières seconde de la première période de 15 minutes, l’arbitre siffle un coup franc bien placé pour les Verts, à une vingtaine de mètres du but yougoslave. Problème : ni Bereta, ni Larqué, les deux spécialistes, ne veulent le frapper. Pris de crampes, ils n’en ont pas la force. C’est le dernier rentré, le plus frais sur le terrain, qui s’y colle. Et envoie les Verts en quart de finale d’une frappe lourde dont il a le secret. Geoffroy-Guichard exulte ! Le lendemain, tous les médias venteront les mérites et le rôle de l’incroyable public stéphanois. Pour la première fois, Geoffroy-Guichard est baptisé “le chaudron”.

     

    S.D.

    > Le match :

    Saint-Etienne – Hadjuk Split (5-1, a.p.)

    Mercredi 6 novembre 1974 - Coupe d’Europe des Clubs Champions

    St-Etienne bat Hadjuk Split 5-1 après prolongation.

    Buts : Larqué (36ème), Bathenay (61ème), Bereta (71ème), Triantafilos (82ème, 104ème) pour l'ASSE. Jovanic (60ème) pour Hajduk Split



    Saint-Etienne : Curkovic - Janvion (Santini 92ème), Piazza, Lopez, Repellini (Triantafilos 69ème) - Larqué - Synaeghel, Bathenay - Patrick Revelli, Hervé Revelli, Bereta. Entraîneur: Robert Herbin


    Hajduk Split : Meskovic - Kurtela, Buljan (Luketin 85ème), Dzoni (Salov 105ème), Rozsic - Boljat, Muzimic, Jovanic - Zungul, Zerkovic, Surjak.

    Entraîneur: Tomislav Ivic


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club